Contacts                      Mentions Légales                     Conditions Générales de Vente    

Une photo-transparence,
mais qu'est-ce que c'est ?

Pour moi, une photo-transparence,

c’est la photographie d’un élément

éclairé par derrière, en contre-jour.
Ça peut être un végétal (fruits, légumes, légumes…),

un animal (plumes, coquilles…)

ou d’autres choses diverses et variées...

 

 

Comment je réalise une photo-transparence ?

Lorsque je veux photographier un élément en photo-transparence,

je commence par l’observer attentivement.
Je note ses caractéristiques

simples et évidentes (couleurs, formes géométriques…).

J’y associe des sentiments (souvenirs…) et j’imagine une composition.
Souvent, je dessine un schéma préparatoire
qui peut être

très géométrique et graphique.

Ou très flou et désordonné.

Surtout, lorsque je fais appel à l’imaginaire

et au rêve (fabriquer des nuages de pétales…).

 

L’idée en tête, je sors ma table lumineuse,

(une boite vitrée éclairée de l’intérieur)

sur laquelle je dispose les éléments.
J’utilise couteaux, ciseaux et colle…

pour trancher, effeuiller, coller…
les fruits, légumes, feuilles… selon mon projet.
Ensuite, je photographie (en numérique).
Je contrôle le résultat sur mon ordinateur.
Je modifie, je teste, je sélectionne…
C’est long, minutieux, passionnant.
Le résultat final semble aussi simple

qu’il fut compliqué à réaliser.

Pourquoi la photo-transparence ?

J’adore cette manière de photographier.
Elle permet de redécouvrir ce qui nous entoure.
Elle illumine notre quotidien.

Regarder par transparence, c’est s’émerveiller.
Comme lorsqu’on regarde un vitrail ou un caléidoscope.
Comme lorsqu’on découvre avec un microscope,

une peau d’oignon ou une goutte de sang.
C’est l’étonnement et la fascination

devant la structure cachée de la matière !

 

Sabine Giudicelli

 

 

Actualités

En ce moment, j'anime des ateliers "Transparences"

pour enfants, dans des classes de primaire.
En premier, à leur bureau, les élèves composent

une maison-calque avec des calques de couleurs

collés sur un calque blanc épais.
En second, sur une table lumineuse,

ils complètent leur composition

avec des éléments (coton, fleurs…).

Je photographie.

Ils remettent les éléments dans les petites boîtes

et retournent à leur bureau avec le calque de la maison.
En dernier, ils finalisent leur travail

en complétant leur calque-maison

avec des chutes de calques couleurs pour réaliser un vitrail.
C'est un peu chaud pour tout faire dans les temps,

il va falloir utiliser un chronomètre

pour les derniers ateliers... mais, l'essentiel, c'est l'intérêt des enfants.

Apparemment, ils sont contents de ce qu'ils ont réalisé

et ça, c'est du bonheur pur !

Sur les photos-duo :

en haut, une composition "photo-transparence" 

en bas, le "vitrail après photo-transparence", du même élève.

 

En dernier, ils finalisent leur travail en complétant leur calque-maison avec des chutes de calques couleurs pour réaliser un vitrail.
C'est un peu chaud pour tout faire dans les temps, il va falloir utiliser un chrono pour les derniers ateliers... mais, l'essentiel, c'est l'intérêt des enfants. Apparemment, ils sont contents de ce qu'ils ont réalisé et ça, c'est du bonheur pur !

En second, sur une table lumineuse, ils complètent leur composition avec des éléments (coton, fleurs, billes en verre...).

Je photographie. Ils remettent les éléments dans les petites boîtes et retournent à leur bureau avec le calque de la maison.

Sur les photos-duo : en haut une composition "photo-transparence" et en bas, le "vitrail après photo-transparence", du même élève.

Actualités

En ce moment, j'anime des ateliers "Transparences" pour enfants, dans des classes de primaire.
En premier, à leur bureau, les élèves composent une maison-calque avec des calques de couleurs collés sur un calque blanc épais.

L’idée en tête, je sors ma table lumineuse,
(une boite vitrée éclairée de l’intérieur)
sur laquelle je dispose les éléments.
J’utilise couteaux, ciseaux et colle…
pour trancher, effeuiller, coller…
les fruits, légumes, feuilles… selon mon projet.
Ensuite, je photographie (en numérique).
Je contrôle le résultat sur mon ordinateur.
Je modifie, je teste, je sélectionne…
C’est long, minutieux, passionnant.
Le résultat final semble aussi simple
qu’il fut compliqué à réaliser.

Une photo-transparence,
mais qu'est-ce que c'est ?

Pour moi, une photo-transparence,

c’est la photographie d’un élément éclairé

par derrière, en contre-jour.

Ça peut être un végétal,

un animal (plumes, coquilles…)

ou d’autres choses diverses et variées.

Comment je réalise une photo-transparence ?

Lorsque je veux photographier

un élément en photo-transparence,

je commence par l’observer attentivement.
Je note ses caractéristiques simples et évidentes (couleurs, formes géométriques…).
J’y associe des sentiments (souvenirs…)

et j’imagine une composition.
Souvent, je dessine un schéma préparatoire qui peut être très géométrique et graphique.
Ou très flou et désordonné.
Surtout, lorsque je fais appel à l’imaginaire et

au rêve (fabriquer des nuages de pétales…).

Pourquoi la photo-transparence ?

J’adore cette manière de photographier.
Elle permet de redécouvrir

ce qui nous entoure.
Elle illumine notre quotidien.
Regarder par transparence, c’est s’émerveiller.
Comme lorsqu’on regarde

un vitrail ou un caléidoscope.

Comme lorsqu’on découvre

avec un microscope,
une peau d’oignon ou une goutte de sang.
C’est l’étonnement et la fascination
devant la structure cachée de la matière !


Sabine Giudicelli