Contacts                      Mentions Légales                     Conditions Générales de Vente    

Cabinet de curiosité 

A l’origine, un cabinet de curiosité était un meuble possédant de nombreux tiroirs.
On y rangeait des objets qui devaient provoquer l’émerveillement.
Ils pouvaient être naturels (coquillages, plumes, minéraux…) ou artificiels (horlogerie, miniatures…).

Ensuite, le meuble est devenu une pièce entière,

consacrée à des collections rares et variées.
C’était l’ancêtre du musée.


Je vous présente mon petit cabinet de curiosité :

Cabinet de curiosité

A l’origine, un cabinet de curiosité était

un meuble possédant de nombreux tiroirs.
On y rangeait des objets qui devaient

provoquer l’émerveillement.
Ils pouvaient être naturels (coquillages, plumes, minéraux…) ou artificiels (horlogerie, miniatures…).

Ensuite, le meuble est devenu une pièce entière,

consacrée à des collections rares et variées.
C’était l’ancêtre du musée.


Je vous présente mon petit cabinet de curiosité :

Lierre
Envolée de feuilles printanières : vivacité et espoir.

Arbre de Judée
Assembler les feuilles-cœur de
l’arbre de Judée

et se retrouver au bord d’une jungle.

Vigne vierge
A l’automne, les feuilles de la vigne vierge

passent du vert au rouge

en passant par un doux marron.

Œufs extérieur
L’œuf est un exemple du quotidien banal que nous ne voyons même plus.
Il est pourtant fascinant. Solide et fragile à la fois.

D’une forme unique, ni ronde, ni ovale mais ovoïde. 
Les coquilles d’œufs sont parfois utilisées

comme de la micro-mosaïque pour décorer des objets.

C’est avec cette technique que j’ai réalisé ces œufs qui surgissent du décor.

Monnaie du pape en miroir
La monnaie du pape est une plante à fleurs violettes.
Ces fleurs se transforment en capsules translucides

pour conserver leurs graines.
Sur cette photo, les capsules vides

se tiennent debout sur un miroir.
Je voulais restituer la sensation de légèreté

que l’on éprouve en regardant ces médaillons nacrés.

Monnaie du pape en noir et blanc
Dans mon cabinet de curiosité,

une autre photo-transparence avec la monnaie du pape.
Ces siliques (l’autre nom des capsules) sont très graphiques

et se prêtent tout à fait au noir et blanc.
Je les ai placées en farandoles

en faisant toucher deux traits noirs d’une silique à l’autre.
Comme un lien qui attacherait chaque capsule à sa voisine.

Oignons en noir et blanc
En retirant les couleurs de l’oignon,

on montre l’essentiel de sa structure,

des couches successives de peaux.
On obtient alors un simple

et merveilleux dessin rempli de ronds et d’ovales.

Tapioca

Perles de fécule de manioc de différentes grosseurs.

Etrangeté alimentaire qui semble d'un autre temps.

Comme les légumes oubliés, à re-découvrir...

 

Mue de serpent
Nous l’avons trouvée dans notre jardin. 
Elle était très longue et appartenait certainement

à une couleuvre de Montpellier.

Muscaris
Clochettes noires ou blanches de fleurs de muscari.

Dans mon cabinet de curiosité, il y a aussi un ordinateur
Il est un de mes explorateur de découvertes.
Grace à lui, je peux jouer au voyageur immobile.
Voici quelques liens de sites que je vous invite à parcourir.

 

Jacques Ould Aoudia 
Il se définit comme « économiste repenti et engagé, chercheur, auteur, photographe. »
J’ai tout d’abord remarqué ses photos de Transparences. 
Ce ne sont pas des transparences de matières,

mais des transparences de vies que l’on devine

à travers des vitres dépolies, des fenêtres d’habitations ou d’ateliers… 
Ensuite, j’ai remonté l’arbre du site, pour découvrir

des albums-photos sensibles et des textes engagés. 


Jean-Pierre Sepchat
Un photographe qui a aussi travaillé les Transparences.
Avec des éléments de friches industrielles, il compose des tableaux abstraits.
Comme une renaissance lumineuse des matériaux abandonnés.
Dans la galerie de ses photos, j’ai aussi adoré ses haïkus-photo

et ses natures mortes, vraiment mortes ! 

 

Pauline Daniel
Photographe culinaire.
Son travail pour la banque alimentaire, sur les fruits et légumes abimés est admirable.
Cette série de photos, appelée « Epluchez-moi », nous interroge sur le gaspillage alimentaire.
Sur la transformation possible d’aliments que l’on juge impropres à la vente

et à la consommation parce qu’ils sont tachés, meurtris. 
Dans sa galerie « personal », les autres thèmes sont tout autant remarquables.

 

 

Pour finir, le lien vers deux maitres du design alimentaire. 
Avec eux, le design alimentaire n’est pas une histoire de marketing.
C’est une réflexion sur l’alimentation et l’histoire qui s’en rapporte.
Cela peut être poétique, dérangeant, drôle… toujours intéressant.

 

Julie Rothhahn

J’ai pointé le lien vers « matériaux comestibles » qui contient une courte vidéo

où Julie Rothhahn explique son travail.

Mais tout l’ensemble du site est passionnant et mérite d’être visité.

 

Marc Bretillot
La présentation du site est simple, efficace.

Trois colonnes (produit, espace, performance) qui déroulent des images représentant chacune un projet.

On clique au hasard et on déballe une surprise. Glace punk, oxymore, lapin-carotte…

je vous laisse découvrir.

Monnaie du pape en noir et blanc
Dans mon cabinet de curiosité,

une autre photo-transparence

avec la monnaie du pape.
Ces siliques

(le nom savant

des capsules)

sont très graphiques

et se prêtent bien

au noir et blanc.
Je les ai placées

en farandoles

en faisant toucher

deux traits noirs

d’une silique à l’autre.
Comme un lien qui attacherait

chaque capsule à sa voisine.

Dans mon cabinet de curiosité, il y a aussi un ordinateur

Il est un de mes explorateur de découvertes.
Grace à lui, je peux jouer au voyageur immobile.
Voici quelques liens de sites que je vous invite à parcourir.

 

Jacques Ould Aoudia 
Il se définit comme « économiste repenti et engagé, chercheur,

auteur, photographe. »

J’ai tout d’abord remarqué ses photos de Transparences. 

Ce ne sont pas des transparences de matières,

mais des transparences de vies que l’on devine à travers des vitres dépolies, des fenêtres d’habitations ou d’ateliers… 
Ensuite, j’ai remonté l’arbre du site, pour découvrir

des albums-photos sensibles et des textes engagés. 


Jean-Pierre Sepchat
Un photographe qui a aussi travaillé les Transparences.

Avec des éléments de friches industrielles,

il compose des tableaux abstraits.

Comme une renaissance lumineuse des matériaux abandonnés.

Dans la galerie de ses photos, j’ai aussi adoré ses haïkus-photo

et ses natures mortes, vraiment mortes ! 

 

Pauline Daniel
Photographe culinaire.
Son travail pour la banque alimentaire, sur les fruits

et légumes abimés est admirable.

Cette série de photos, appelée « Epluchez-moi »,

nous interroge sur le gaspillage alimentaire.
Sur la transformation possible d’aliments

que l’on juge impropres à la vente et à la consommation

parce qu’ils sont tachés, meurtris. 
Dans sa galerie « personal », les autres thèmes sont

tout autant remarquables.

 

 

Pour finir, le lien vers deux maitres du design alimentaire. 

Avec eux, le design alimentaire n’est pas une histoire de marketing.

C’est une réflexion sur l’alimentation et l’histoire qui s’en rapporte.

Cela peut être poétique, dérangeant, drôle… toujours intéressant.

 

Julie Rothhahn

J’ai pointé le lien vers « matériaux comestibles »

qui contient une courte vidéo où Julie Rothhahn explique son travail.

Mais tout l’ensemble du site est passionnant et mérite d’être visité.

 

Marc Bretillot
La présentation du site est simple, efficace.

Trois colonnes (produit, espace, performance)

qui déroulent des images représentant chacune un projet.

On clique au hasard et on déballe une surprise.

Glace punk, oxymore, lapin-carotte… je vous laisse découvrir.

Lierre
Envolée de feuilles printanières :

vivacité et espoir.

Arbre de Judée
Assembler les feuilles-cœur

de l’arbre de Judée

et se retrouver au bord d’une jungle.

Tapioca

Perles de fécule de manioc

de différentes grosseurs.

Etrangeté alimentaire qui semble

d'un autre temps.

Comme les légumes oubliés,

à re-découvrir...

 

Oignons en noir et blanc
En retirant les couleurs de l’oignon,

on montre l’essentiel de sa structure :

des strates de peaux.
On obtient alors un simple

et merveilleux dessin

rempli de ronds et d’ovales

Œufs extérieur
L’œuf est un exemple du quotidien banal

que nous ne voyons même plus.
Il est pourtant fascinant. Solide et fragile à la fois.

D’une forme unique, ni ronde, ni ovale mais ovoïde. 
Les coquilles d’œufs sont parfois utilisées

comme de la micro-mosaïque

pour décorer des objets.

C’est avec cette technique que j’ai réalisé

ces œufs qui surgissent du décor.

Mue de serpent
Nous l’avons trouvée

dans notre jardin.
Elle était très longue et

appartenait certainement

à une couleuvre

de Montpellier.

Monnaie du pape en noir et blanc
Dans mon cabinet de curiosité, une autre photo-transparence

avec la monnaie du pape.
Ces siliques (le nom savant des capsules) sont très graphiques

et se prêtent bien au noir et blanc.
Je les ai placées en farandoles

en faisant toucher deux traits noirs

d’une silique à l’autre.
Comme un lien qui attacherait

chaque capsule à sa voisine.

Vigne vierge
A l’automne, les feuilles de la vigne vierge

passent du vert au rouge

en passant par un doux marron.

Œufs extérieur
L’œuf est un exemple du quotidien banal

que nous ne voyons même plus.
Il est pourtant fascinant. Solide et fragile à la fois.

D’une forme unique, ni ronde, ni ovale mais ovoïde. 
Les coquilles d’œufs sont parfois utilisées

comme de la micro-mosaïque pour décorer des objets.

C’est avec cette technique que j’ai réalisé

ces œufs qui surgissent du décor.

Mue de serpent
Nous l’avons trouvée dans notre jardin. 

Elle était très longue et appartenait

certainement à une couleuvre de Montpellier.

Monnaie du pape en miroir
La monnaie du pape est une

plante à fleurs violettes.

Ces fleurs se transforment

en capsules translucides

pour conserver leurs graines.

Sur cette photo, les capsules vides

se tiennent debout sur un miroir.
Je voulais restituer la sensation de légèreté

éprouvée en regardant ces médaillons nacrés.

Monnaie du pape en miroir
La monnaie du pape est une plante

à fleurs violettes.

Ces fleurs se transforment

en capsules translucides

pour conserver

leurs graines.
Sur cette photo,

les capsules vides

se tiennent debout

sur un miroir.
Je voulais restituer

la sensation de légèreté

éprouvée en regardant

ces médaillons nacrés.

Muscaris
Clochettes noires et blanches de fleurs de muscari.

Muscaris
Clochettes noires et blanches

de fleurs de muscari.

Vigne vierge
A l’automne, les feuilles de la vigne vierge

passent du vert au rouge

en passant par un doux marron.

Cabinet de curiosité

A l’origine, un cabinet de curiosité était un meuble possédant

de nombreux tiroirs.

On y rangeait des objets qui devaient provoquer l’émerveillement.

Ils pouvaient être naturels (coquillages, plumes, minéraux…)

ou artificiels (horlogerie, miniatures…).

Ensuite, le meuble est devenu une pièce entière,

consacrée à des collections rares et variées.
C’était l’ancêtre du musée.


Je vous présente mon petit cabinet de curiosité :

Arbre de Judée
Assembler les feuilles-cœur 
de l’arbre de Judée

et se retrouver au bord d’une jungle.

Dans mon cabinet de curiosité,

il y a aussi un ordinateur
Il est un de mes explorateur de découvertes.
Grace à lui, je peux jouer au voyageur immobile.
Voici quelques liens de sites

que je vous invite à parcourir.

 

Jacques Ould Aoudia 
Il se définit comme « économiste repenti

et engagé, chercheur, auteur, photographe. »
J’ai tout d’abord remarqué

ses photos de Transparences. 
Ce ne sont pas des transparences de matières,

mais des transparences de vies que l’on devine

à travers des vitres dépolies,

des fenêtres d’habitations ou d’ateliers… 
Ensuite, j’ai remonté l’arbre du site,

pour découvrir des albums-photos sensibles

et des textes engagés. 


Jean-Pierre Sepchat
Un photographe qui a aussi

travaillé les Transparences.

Avec des éléments de friches industrielles,

il compose des tableaux abstraits.
Comme une renaissance lumineuse

des matériaux abandonnés.
Dans la galerie de ses photos,

j’ai aussi adoré ses haïkus-photo

et ses natures mortes, vraiment mortes ! 

 

Pauline Daniel
Photographe culinaire.
Son travail pour la banque alimentaire,

sur les fruits et légumes abimés est admirable.
Cette série de photos, appelée « Epluchez-moi », nous interroge sur le gaspillage alimentaire.
Sur la transformation possible d’aliments

que l’on juge impropres à la vente

et à la consommation

parce qu’ils sont tachés, meurtris. 
Dans sa galerie « personal », les autres thèmes sont tout autant remarquables.

 

 

Pour finir, le lien vers deux maitres

du design alimentaire. 
Avec eux, le design alimentaire

n’est pas une histoire de marketing.
C’est une réflexion sur l’alimentation

et l’histoire qui s’en rapporte.
Cela peut être poétique, dérangeant, drôle… toujours intéressant.

 

Julie Rothhahn

J’ai pointé le lien vers « matériaux comestibles » qui contient une courte vidéo

où Julie Rothhahn explique son travail.

Mais tout l’ensemble du site est passionnant

et mérite d’être visité.

 

Marc Bretillot
La présentation du site est simple, efficace.

Trois colonnes (produit, espace, performance)

qui déroulent des images représentant

chacune un projet.

On clique au hasard et on déballe une surprise. Glace punk, oxymore, lapin-carotte…

je vous laisse découvrir.

Lierre
Envolée de feuilles printanières :

vivacité et espoir. 

 

Oignons en noir et blanc
En retirant les couleurs de l’oignon,

on montre l’essentiel

de sa structure :

des strates de peaux.
On obtient alors

un simple et

merveilleux dessin

rempli de ronds

et d’ovales

Tapioca

Perles de fécule de manioc

de différentes grosseurs.

Etrangeté alimentaire qui

semble d'un autre temps.

Comme les légumes

oubliés, à re-découvrir...